Recensement de 1851 de la ville de Dublin, Irlande

58 993 résultats
L'index du recensement de 1851 de la ville de Dublin a été traduit par le Dr D A Chart, au 19ème siècle à partir des enregistrements originaux du recensement - détruits depuis dans l'incendie en 1922 du Public Record Office. L'index de Chart, qui comprend les noms et adresses de 60.000 chefs de famille, a maintenant été converti en données informatisées par Sean Magee. L'index est accompagné d'images scannées des originaux 1847 de Ordnance Survey Town Plans, afin d'aider les utilisateurs à identifier des adresses spécifiques.

Questions posées:
Nom
Adresse
Paroisse
Nord/sud de la rivière Liffey

Modalités du recensement:
Le recensement de 1851 fut mené par la police agissant en tant que recenseurs le 30 mars 1851.

Une modalité particulière du recensement prévoyait que les membres de la famille absents du foyer lors de la nuit du recensement étaient également inclus ; dans 91 foyers le chef de famille était absent ou "parti", y compris Thomas Shaw, qui était absent d'une péniche au port de Broadstone (Royal Canal).

30 autres chefs de famille sont enregistrés comme "partis", même si la signification précise de ce mot varie; il a été utilisé pour englober des cas individuels comme celui de Mary Ann Plant résidant au 31 Mecklenburg Street St Lower, qui était "partie en Amérique" ; Michael Byrne, précédemment au 84 Church Street qui était "parti à l'hospice ; et Michael Fields du 8 Rogerson"s Quay qui était "parti en mer".

Dans 122 cas, le chef de famille avait "disparu", un terme ambiguë qui englobait : (a) des changements d'adresse en ville, comme dans le cas d'Isaac Usher, précédemment au 18 North Earl Street, qui s'est "déplacé à Kingstown" ; (b) une émigration, comme William Branagan du 7 Aldborough Place et Thomas Fitzgerald du 2 Parkgate Street, tous deux s'étant "déplacé en Angleterre" ; et même (c) une admission à l'hôpital - une certaine Bridget Rafferty précédemment à Brown Street Nord, fut enregistrée comme ayant été "déplacée à l'asile". Ce niveau de détail - bien que relativement rare dans les listes - est particulièrement utile pour le généalogiste qui essaie de suivre des dates approximatives et des voies de migration.

Là où le chef de famille de sexe masculin était absent, Chart enregistrait l'épouse ou le chef de famille de sexe féminin dans cette liste. Cette information a été fournie pour 66 foyers (environ 27% de tous les absents notés dans le recensement de 1851) par les épouses ou d'autres parents de sexe féminin. En enregistrant aussi les femmes présentes la nuit du recensement, aussi bien que les chefs de famille de sexe masculin absents, Chart a rendu possible que certaines de ces femmes puissent en fait avoir vécu indépendamment de leur homme, quel qu’en soit la raison. Le nombre de ces cas est négligeable, et ne déforme pas beaucoup les statistiques.

Dans un petit nombre de cas, Chart distingue les chefs de famille ayant le même nom, en notant leur profession, ou le nom de leur épouse.

La liste ne se limite pas aux foyers, mais inclut des personnes travaillant dans diverses institutions lors de la nuit du recensement. Notamment : la Royale, Richmond and Arbour Hill Barracks ; les usines de l'union Nord et Sud de Dublin ; Trinity College Dublin ; La Société Royale de Dublin ; le Rotunda, les hôpitaux Meath et Richmond ; La maison de l'industrie de Dublin ; le Richmond Bridewell, et les Prisons Grangegorman ; la Banque d'Irlande ; l'hôtel Jury, etc.

Comparaison Chart's Index et Thom's Directory:
Une comparaison entre la liste Chart's Index avec l'édition de Thom's Directory de 1851, révèle l'importance de l'index pour le généalogiste de Dublin. La liste Chart's Index couvre tous les chefs de famille résidant en ville la nuit du 30 mars, tandis que celle de Thom ne comportent que les contribuables et n'incluent pas ceux qui vivaient dans des taudis ou des chaumières. L'index est par conséquent plus large dans sa portée qu'aucune autre source existante pour la ville de Dublin.

Pourquoi cette base de données est précieuse:
Arrière-plan
La destruction des données du recensement irlandais du 19ème est probablement la plus grande perte dont la généalogie irlandaise ait souffert. Les généalogistes irlandais ont essayé de combler cette brèche en utilisant des sources documentaires encore existantes depuis le 19ème siècle, comme les "substituts au recensement".

Les substituts les plus couramment utilisés - le Tithe Applotment Books (compilation de 1823-1838), et Griffith's Primary Valuation (compilation de 1848-1864), et Thom's Directories (compilation après 1845), sont de peu ou d'aucune utilité pour ceux qui recherchent des traces de leurs ancêtres dans la ville de Dublin. Toutes ces enquêtes sont basées sur les propriétés foncières ou immobilières, et n'essayent pas de renseigner sur les véritables résidents, en particulier elles ne rendent pas compte de la pratique des "logements partagés" dans la ville de Dublin, commune au milieu du 19ème siècle, où deux ou plusieurs familles occupaient des appartements dans une maison.

Un substitut important au recensement a cependant survécu pour la capitale, et c'est une liste des chefs de famille de la ville de Dublin, extrait du Recensement d'Irlande de 1851, compilé par Dr D.A Chart.

La liste Chart's Index
La liste Chart's Index, conservée dans les archives nationales (CEN 1851/18/1-2) consiste en deux volumes écrits à la main, l'un pour le sud de la ville de Dublin, l'autre pour le nord de la ville de Dublin. L'index est compilé à partir des noms de famille pris dans le recensement de la liste des noms de B. Chart's, il est organisé par nom de rue au sein de chaque paroisse civile, et il n'est donc pas facile à utiliser sauf si le chercheur a déjà une adresse.
Le présent index a été compilé dans le but de rendre l'index original de la charte plus largement accessible et facile à utiliser. De plus, l'état des deux volumes conservés aux archives nationales est assez déplorable après 85 ans : les volumes sont à peine reliés, et la reliure du volume des données pour le sud de Dublin est déchirée et quelques pages sont détachées. Ainsi cet index devrait permettre de prévenir toute autre détérioration du manuscrit original.
Les origines de l'index lui confèrent un statut semi-officiel. Il est mentionné dans 47 PRO DK Report, 1915, qu'en absence d'enregistrement des naissances, "les données du recensement de 1851 ont été utiles pour fournir des preuves de l'âge". Ces preuves étaient particulièrement nécessaires pour justifier des pensions de retraite. Par conséquent,
"" Un catalogue de familles résidant à Dublin dans la nuit où recensement a été effectué, a maintenant été compilé à partir des résultats du recensement et sera utilisé désormais pour vérifier les déclarations des candidats et de localiser les familles vivant à Dublin dont l'adresse exacte n'est pas connue. Le catalogue a été préparé par D.A. Chart ; il permettra d'économiser les résultats du recensement de Dublin et beaucoup d'usure inutile et sera extrêmement utile pour les généalogistes, les demandeurs de OAP, etc. ""

Bien qu'un substitut de recensement, peu importe sa provenance, ne peut jamais remplacer le recensement initial, la liste Chart's Index, est plus qu'une simple liste des chefs de foyer, contenant des informations auxiliaires. Il est donc une source importante et unique pour les historiens et les généalogistes.

Couverture géographique
Cet index couvre le centre de Dublin - la zone du centre-ville entre les canaux, et se compose d'environ 59.000 noms et adresses des chefs de famille, à partir de 21 paroisses civiles, 15 du côté sud de la Liffey (St. Audeon, St. Andrew, St. Anne, St. Bridget, St. Catherine, St. James, St. John, St. Luke, St. Mark, St. Michael, St. Nicholas Within, St. Nicholas Without, St. Patrick's Deanery, St. Peter, and St. Werburgh) avec un total de 33,565 entrées ou 56,9% de la population de la ville, et 6 paroisses du côté nord (St. George, St. Mary, St. Michan, St. Paul, St. Thomas, and Grange Gorman) avec un total de 25.429 entrées ou 43,1% de la population de la ville de Dublin.

Remerciements
David Craig, Directeur des Archives Nationales, pour l'autorisation de publier la liste Chart's Index.
Rob Goodbody, John Martin, Tony Malloy, Liam Nolan, et tout le personnel au Service d'urbanisme, Dublin Corporation, pour l'autorisation d'utiliser les images numérisées des plans de la ville de 1847.
Paul Ferguson, bibliothécaire, Université de Trinity
Richard Kirwan, Directeur du plan cadastral d’Irlande.
Ian Cantwell, pour avoir aidé à la mise en place des cartes

A propos de l'Auteur
Seán Magee est né à Dublin en 1943. Il a été instruit à CBS Westland Row et College of Tech., Kevin St. (BSc, London Uni. Ext.). Il a travaillé en tant que technicien de la chimie dans l'industrie et l'éducation durant les 40 dernières années. Il a toujours été intéressé par l'histoire dans tous ses aspects - irlandaise, scientifique et générale. Il est aussi un collectionneur de livres et est spécialisé dans la collecte de documents scientifiques du 19ème siècle, de l'histoire et de la généalogie irlandaises. Il a commencé par la recherche de sa propre histoire familiale en 1988. Il devint intéressé par les sources disponibles riches en documents, à la fois historiques et généalogiques, à la Bibliothèque nationale d'Irlande et Archives nationales d'Irlande.

Recherche

Nom

Domicile

Mots-clés


Effacer formulaire